Moteur bicylindre parallèle de 800 cm3

Comme son nom « twin parallèle » l'indique, les manetons du vilebrequin ne sont pas décalés les uns par rapport aux autres. Cette architecture permet au moteur monté en position transversale par rapport à la direction de marche de fonctionner avec un ordre d'allumage régulier, chaque tour du vilebrequin correspondant à un temps-moteur. D'où sa sonorité – intentionnellement – proche de celle des moteurs boxer également calés à 360 degrés. Mais cet ordre d'allumage régulier favorise surtout un échange gazeux harmonieux assurant un couple élevé et un fonctionnement onctueux et remplit ainsi les conditions de base requises pour un moteur dynamique appelé à animer une basique sportive. Les pré-requis habituels pour une conduite dynamique ont déjà été remplis.

Les forces d'inertie de premier et de deuxième ordre inévitables sur les moteurs à deux cylindres sont compensées par un système d’équilibrage, certes déjà connu, mais toujours inégalé. Un système articulé guidé, centré sur le vilebrequin et présentant des masselottes à disposition définie, remplace les arbres d'équilibrage conventionnels pour annuler les forces d'inertie alternatives. Dans cette configuration, un excentrique calé sur le vilebrequin à 180 degrés par rapport aux manetons porte une bielle dite d’équilibrage. Celle-ci est articulée sur un bras d'équilibrage.

+ Lire la suite

La cinématique est conçue de sorte que la bielle d'équilibrage monte et descend dans un mouvement opposé à celui des deux bielles motrices. Guidé par le balancier relativement long, le mouvement du pied de bielle est presque linéaire. La répartition des masses sur le pied de bielle et le balancier est définie de telle sorte que les forces d'inertie résultant du mouvement oscillatoire neutralisent les forces d’inertie alternatives de l'embiellage (piston et partie de la bielle) indépendamment de la position du vilebrequin, éliminant ainsi presque entièrement les forces d'inertie de premier et de deuxième ordre et réduisant les vibrations du moteur. Un autre avantage important de cette solution élégante réside dans l'absence des bruits typiques liés à l'entraînement de roues crantées ou de chaînes.

Le circuit d'huile présente également des particularités techniques surpassant les standards habituels dans ce segment. Pour minimiser les pertes par barbotage, la gamme des moteurs F 800 reçoit un système de graissage à carter demi-sec. Le lubrifiant sortant des paliers de vilebrequin est récupéré dans un puits étanchéifié qui abrite le mécanisme d’équilibrage. Une pompe à huile aspire l'huile moteur présente à ce niveau et la refoule dans la boîte de vitesses via des gicleurs d’huile. L'huile s’écoulant de la boîte de vitesses par les orifices aménagés dans le carter de vilebrequin passe avec l'huile s'écoulant de la culasse via le carter de chaîne dans l'espace libre du carter de vilebrequin autour du puits de la bielle d'équilibrage. Cet espace sert donc de réservoir d'huile intégré. Une deuxième pompe puise l'huile dans ce réservoir pour alimenter tous les points de graissage.

+ Lire la suite
Dans le moteur bicylindre parallèle de la gamme F de BMW Motorrad, deux arbres à cames en tête entraînés par une chaîne dentée commandent les quatre soupapes par cylindre à l'aide de linguets. Cette distribution à linguets fait preuve d'une grande résistance à l'usure malgré une longue course d'ouverture et permet des intervalles de révision espacés.
La préparation du mélange présente aussi des caractéristiques typiquement BMW : elle est assurée par un système d'injection dans la tubulure d'admission piloté par la gestion électronique BMS-KP et deux papillons d'un diamètre de 46 millimètres. La gestion moteur régule le débit d'injection non seulement par la durée d'injection, mais aussi par la pression fournie par la pompe à essence, en fonction de la puissance demandée. Dépourvu de conduite de retour, le système d'alimentation ne refoule que la quantité de carburant effectivement exigée par le moteur. Ce principe de régulation du débit de carburant consomme moins d'énergie et permet de faire varier la pression du carburant sur une large plage en vue d'obtenir un mélange optimal. Ce principe est unique en son genre et protégé par un certain nombre de brevets. Pour déterminer la quantité de carburant refoulée, le système prend en compte non seulement les paramètres connus tels que la charge, le régime moteur et la température, mais aussi la teneur résiduelle en oxygène présente dans les gaz d’échappement. C’est une sonde lambda placée en aval de la jonction des collecteurs qui fournit les informations requises dans ce contexte et est ainsi un élément indispensable à une conversion efficace des gaz d'échappement dans le pot catalytique trifonctionnel de série.
Dans le moteur bicylindre parallèle de la gamme F de BMW Motorrad, deux arbres à cames en tête entraînés par une chaîne dentée commandent les quatre soupapes par cylindre à l'aide de linguets. Cette distribution à linguets fait preuve d'une grande résistance à l'usure malgré la levée importante des soupapes et permet des intervalles de révision espacés.
La préparation du mélange présente aussi des caractéristiques typiquement BMW : elle est assurée par un système d'injection dans la tubulure d'admission piloté par la gestion électronique BMS-KP et deux papillons d'un diamètre de 46 millimètres. La gestion moteur régule le débit d'injection non seulement par la durée d'injection, mais aussi par la pression fournie par la pompe à essence, en fonction de la puissance demandée. Dépourvu de conduite de retour, le système d'alimentation ne refoule que la quantité de carburant effectivement exigée par le moteur. Ce principe de régulation du débit de carburant consomme moins d'énergie et permet de faire varier la pression du carburant sur une large plage en vue d'obtenir un mélange optimal. Ce principe est unique en son genre et protégé par un certain nombre de brevets. Pour déterminer la quantité de carburant refoulée, le système prend en compte non seulement les paramètres connus tels que la charge, le régime moteur et la température, mais aussi la teneur résiduelle en oxygène présente dans les gaz d’échappement. C’est une sonde lambda placée en aval de la jonction des collecteurs qui fournit les informations requises dans ce contexte et est ainsi un élément indispensable à une conversion efficace des gaz d'échappement dans le pot catalytique trifonctionnel de série.
Avec le moteur bicylindre parallèle, les ingénieurs en développement de BMW ont délibérément choisi de se concentrer sur la fluidité et le déploiement supérieur de puissance sur la plage intermédiaire plutôt que sur les performances nominales. L'accélération du groupe motopropulseur ravira les pilotes sportifs tandis que les amateurs de touring apprécieront le passage de rapports sans effort avec ce double moteur au couple élevé.
+ Lire la suite

Encore plus de technologie en détail